2ème dimanche du T.O.

Dimanche, 14 Janvier 2018

L’esprit Saint et le mystère de l’unité dans la diversité d’UN MOINE DU MONASTERE DE SAINT-MACAIRE

Si le tout était un seul membre, où serait le corps ? Une des propriétés de l’Esprit est de se montrer varié et multiple en ses dons et ses charismes, tout en conservant intacte son unité … : Il y a, certes, diversité de dons spirituels, mais c’est le même Esprit... Et tout cela, c’est le seul et même Esprit qui l’opère, distribuant ses dons à chacun comme il l’entend …
Dans l’Apocalypse, l’Église et l’Esprit sont désignés tous deux tantôt au pluriel et tantôt au singulier : Les sept Esprits de Dieu…, les sept Églises…, ce que l’Esprit dit aux Églises…, l’Épouse…, l’Esprit et l’Épouse… Le sens de cette indétermination numérique est manifeste : l’Église tout comme l’Esprit a le pouvoir de se diver-sifier et pour ainsi dire de se distribuer, sans pour autant perdre son unité fondamentale.
Saint Cyrille d’Alexandrie… répète à plusieurs reprises que l’Esprit est « un et indivisible », et que c’est grâce à cette unité fondamentale qui lui est propre qu’il parvient à unir ensemble ceux qui le reçoivent. Et ce-pendant ce Père tient à préciser, avec plus de vigueur que ses devanciers, que nous ne perdons pas notre per-sonnalité propre par notre adhésion à l’unité de l’Esprit…
Dans son commentaire du célèbre passage de saint Paul sur la diversité des dons spirituels (1 Co 12), saint Cyrille souligne la valeur positive de cette diversité. Elle contribue à rehausser la splendeur de la parure de l’Église, qui devient alors multicolore et, comme le dit le psaume 44, brochée d’or fin… revêtue d’une robe brochée d’or, parée de couleurs variées. Il indique par là, à mon avis, la diversité des charismes et leur grande valeur ». Il est intéressant de noter que ce même psaume [44] est aussi employé par saint Augustin pour illustrer la variété des usages dans l’Église. Pour lui, la diversité des rites, des disciplines et des traditions locales « ajoute à la parure de la fille du roi, l’Église, une robe tissée de fils d’or fin, aux reflets divers ».
Telle est l’incomparable splendeur de l’Église, qui résulte de l’harmonieuse synthèse des charismes et de la concorde des diverses personnalités. Tel est l’éclat multicolore de la Jérusalem céleste, tel qu’il est apparu à saint Jean le Théologien, sous la forme de pierres précieuses de toute couleur et de toute espèce qui formaient les assises de la ville sainte. Sans cette variété harmonisée par l’Esprit, l’Église ne serait plus qu’une masse inerte dépourvue de forme et de couleur…un simple « amalgame » dépourvu de vie.
C’est justement dans cette diversité que se manifeste la toute-puissance divine, qui a pu transformer les maux mêmes subis par l’humanité par la faute d’Adam en valeurs positives dans le Christ Jésus... C’est alors que l’indicible sagesse de Dieu et sa toute-puissance se sont particulièrement déployées dans la récapitulation de toute chose dans le Christ (Ep.1,10), sans pour autant supprimer le pluralisme des personnalités, des cultures et des langues, dont elles ont, tout au contraire, opéré la synthèse harmonieuse dans l’Esprit-Saint… La nature humaine dans le Christ Jésus est devenue, en raison même de cette variété des charismes dans l’harmonie spiri-tuelle, infiniment plus féconde, plus belle et plus parfaite qu’elle n’avait été avant la chute dans le premier Adam, avec sa monotone uniformité. Telle est l’incomparable supériorité du second Adam sur le premier.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...