Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
9 h 15
9 h 15
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 30
10 h 30
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Bx Guerric d’Igny

Mercredi, 19 Août 2020

Sermon du BIENHEUREUX GUERRIC

"Père, quand j'étais avec eux, je les gardais en ton nom". Le Seigneur prononça cette prière la veille de sa passion. Mais il n'est pas hors de propos de l'appliquer au jour de l'Ascension, au moment où il allait quitter définitivement ses petits-enfants qu'il confiait à son Père.
Lui qui, au ciel, a créé, enseigne et dirige la multitude des anges, il s'était associé sur la terre une toute petite troupe de disciples pour les instruire par sa présence dans la chair, jusqu'au moment où, leurs facultés ayant quelque peu grandi, ils seraient capables d'être conduits par l'Esprit. Grand lui-même, il aimait ces tout-petits d'un grand amour : il voyait ceux qu'il avait arrachés aux habitudes du monde, renoncer à tout espoir du siècle et ne tenir qu'à lui seul. Pourtant, aussi longtemps qu'il voulut vivre avec eux corporellement, il ne leur prodigua pas tellement les marques de son affection ; il se montra avec eux plus ferme que tendre, comme il convient à un maître et à un père.
Cependant, lorsque le moment fut venu de les quitter, il sembla vaincu par la tendre affection qu'il leur portait, et ne put leur dissimuler l'abondance de sa douceur, qu'il leur avait cachée jusque-là. D'où ces mots : "Comme il avait aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu'au bout". Car il répandit sur ses amis presque toute l'intensité de son amour, avant de se répandre lui-même comme de l'eau pour ses amis. Il leur livra alors le sacrement de son corps et de son sang et en institua la célébration. Je ne sais ce qu'il faut admirer le plus : sa puissance ou sa charité, lorsqu'il inventa cette nouvelle manière de demeurer avec eux pour les consoler de son départ. Malgré l'éloignement apparent de son corps, il allait demeurer non seulement avec eux, mais en eux, par la vertu du sacrement.
À ce moment encore, après une exhortation prolongée, il les recommanda au Père et, les yeux levés au ciel, il dit, entre autres choses : "Père, quand j'étais avec eux, je les gardais en ton nom, et aucun d'eux ne s'est perdu, sauf le fils de perdition. Mais maintenant je viens à toi ; garde en ton nom ceux que tu m'as donnés. Je ne te prie pas de les retirer du monde mais de les garder du mal"… cette prière se résume en trois points qui constituent un résumé du salut et même de la perfection, si bien qu'on ne peut rien y ajouter : à savoir, que les disciples soient gardés du mal, sanctifiés dans la vérité et glorifiés avec lui. "Père, dit-il, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, pour qu'ils contemplent ta gloire".
Heureux sont-ils, ceux pour qui plaide le juge lui-même : ils ont pour intercesseur celui qui doit être adoré avec autant d'honneur que le Dieu à qui il adresse sa prière. Le Père ne lui refusera pas le souhait de ses lèvres, car il partage avec lui une seule volonté et un seul pouvoir, étant un seul Dieu. Tout ce que demande le Christ s'accomplira nécessairement, car sa parole est puissante et sa volonté efficace. Pour tout ce qui existe, "Il a dit et ce fut fait, il a commandé et ce fut créé". "Je veux, dit-il, que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi". Quelle sécurité pour les croyants, si du moins ils ne rejettent pas la grâce qu'ils ont reçue ! Car cette assurance n'est pas offerte aux seuls apôtres ou à leurs compagnons, mais à tous ceux qui par leur parole croiront à la Parole de Dieu : "Je ne prie pas pour eux seulement, dit-il, mais pour ceux-là aussi qui, grâce à leur parole, croiront en moi".

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité