Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Vendredi 10ème semaine du T.O.

Vendredi, 10 Juin 2022

Commentaire du psaume 69 de Saint AUGUSTIN

“Qu’ils exultent et se réjouissent en Toi, tous ceux qui te cherchent !”. Autre chose est de chercher Dieu, autre chose est de chercher l’homme. "Ils se réjouissent ceux qui te cherchent". Ce n’est donc pas ceux qui se cherchent eux-mêmes qui se réjouissent, eux que tu as d’abord cherchés avant qu’ils te cherchent. Elle ne cherchait pas encore son pasteur, cette brebis qui s’était égarée, loin du troupeau ; le berger est descendu vers elle, il l’a cherchée et l’a rapportée sur ses épaules. Te méprise-t-il, brebis qui le cherche ? N’a-t-il pas cherché le premier celle-là qui le méprisait et ne le cherchait pas ? Commence donc maintenant à chercher celui qui t’a cherchée le premier et t’a rapportée sur ses épaules ! Mets en pratique sa parole : “Mes brebis écoutent ma voix et me suivent”. Écoute la voix de ce berger qui s’est revêtu de chair pour chercher la chair perdue. Il est ressuscité et il dit : “Touchez-moi et voyez : un esprit n’a pas de chair et d’os, comme vous voyez que j’en ai”. Il s’est montré à toi, suis sa voix !

Mais comment le suivras-tu ? En ne déclarant à personne, comme pour reconnaître son mérite : "C’est bien, c’est bien !” Et en ne prêtant pas attention à de telles paroles pour t’en féliciter, de peur que “le parfum du pécheur n’oigne ta tête”. Déclare plutôt : “Tu es mon secours et mon libérateur, Seigneur, ne tarde pas”. Tu es mon secours et mon libérateur, j’ai besoin de ton aide, viens à mon secours ; je suis enlacé, délivre-moi ! Personne ne peut détacher mes liens sinon toi ; les nœuds de multiples inquiétudes nous enlacent ; ici et là, nous sommes déchirés par les épines et les ronces : nous marchons sur un chemin étroit et peut-être sommes-nous retenus par les ronces. Disons à Dieu : “Tu es mon libérateur !” Que celui qui nous a montré la voie étroite, fasse que nous la suivions.

Que cette parole du psaume retentisse en nous ! Quelque longue que soit notre vie ici-bas, quelque progrès que nous ayons fait, que nul n’affirme : "C’est assez, je suis juste !”. Qui le dirait resterait en chemin, il ne saurait parvenir au but. Là où il dirait : “c’est assez”, le voici retenu.

Regarde l’Apôtre : il ne dit pas c’est assez ! Vois comme il veut être aidé jusqu’à ce qu’il soit parvenu au terme : “Frères, dit-il, je n’estime pas avoir déjà saisi le Christ”. Il avait dit auparavant : “Non que j’aie tout obtenu ou que je sois devenu parfait”. S’il n’a pas encore obtenu, il est pauvre et indigent ; s’il n’est pas encore parfait, il est pauvre et indigent. Il a donc raison de dire : “Dieu, viens à mon aide”. Toutefois, il comprend quelque chose, et ce qu’il saisit est merveilleux. Écoute-le te le dire : “Gloire à celui qui, par sa puissance qui agit en nous, peut faire infiniment plus que ce que nous demandons et concevons”. Vois donc qu’il n’est pas encore arrivé, qu’il n’a pas encore saisi le Christ. Que dit-il donc ? “Je ne me flatte pas d’avoir saisi. Je dis seulement ceci : oubliant ce qui est derrière, tendu de tout mon être vers l’avant, je cours droit au but vers le prix que Dieu m’appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus”.

Paul court donc, et toi, tu t’arrêtes ! Paul avoue ne pas encore être parfait, et toi, tu te glorifies de ta perfection ! Qu’ils reculent, couverts de honte, ceux qui déclarent : “C’est bien, C’est bien !”.

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité