Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Vendredi 11ème semaine du T.O.

Vendredi, 17 Juin 2022

Méditation du Père Jean-Christophe

A 14 ans, Joseph écrit : "Seigneur, le premier jour de l'an 1892, je viens vous demander la grâce d'arriver sur les autels. Seigneur, donnez-moi l'intelligence et tout ce qui sera utile pour être un bon prêtre." Demande qui n'est pas superflue, car le pauvre joseph à de grandes difficultés de mémoire et cela constitue un véritable handicap pour ses études. Il ne peut donc pas entrer au Petit Séminaire. Que faire ? Son bon Curé l'Abbé Filhol, essaye pendant quelques mois de le faire étudier à la Cure de Casseneuil. Peine perdue. Alors, il entrevoit une solution : à la Trappe, il pourrait plus facilement accéder au Sacerdoce ; et de plus, il aime la solitude et le silence ; mais, a-t-il la vocation monastique et avec sa faible constitution résistera-t-il au régime ? Pendant un certain temps, il soumet le jeune adolescent à un régime austère. Le résultat est positif. Alors Joseph fait une visite à la Trappe et d'emblée, il se sent chez lui. Comme a dit si joliment Robert Masson, "la Trappe est l'un de ces lieux où, dans le silence, des hommes apprennent à tenir parole." Joseph y entre donc, dans la fraîcheur de ses 16 ans, le 5 décembre 1894. Il s'agit de l'Abbaye Cistercienne de Sainte Marie du Désert, à Bellegarde Sainte Marie, dans le Diocèse de Toulouse (France). 

 Il a la chance d'avoir un Maître des Novices qui "a le don de gagner les cœurs" (Règle de Saint Benoît, ch. 58), Dom André Malet (1862-1936), lequel décrit ainsi leur première entrevue : "J'ai eu l'impression d'une âme très douce, très profonde qui cherchait Dieu. Je lui ai fait un signe de la Croix au front en lui disant : ayez confiance ! Je vous aiderai à aimer Jésus." Admis au Noviciat, comme tous les Cisterciens de son époque, Joseph reçoit le nom de Marie, précédant son nom. Au soir de ce jour, il demande à la Sainte Vierge de "l'aimer jusqu'à en mourir". 

 Pour lui, la vie est rude : longues prières, travail aux champs, et de plus, puisqu'il désire être Prêtre, il doit se remettre à l'étude du latin et du Français. Frère Marie-Joseph (ou Joseph-Marie), souvent épuisé, ne se plaint jamais. Il ne demande ni permission, ni allègement. Il a pour devise : "Tout pour Jésus, tout par Marie", et il dit souvent : "la communion est ma vie". A son grand désir de devenir Saint, il voit deux obstacles : son émotivité et la jalousie envers les Frères qui font preuve de plus d'intelligence et de sainteté que lui. Heureusement, il a le soutien de Dom André, qui lui enseigne la voie de la confiance et lui inculque sa propre dévotion au Sacré Cœur. Plus tard, Dom André deviendra Abbé et demandera à être enterré humblement aux pieds de celui qui fut son cher disciple. 

 Dans la communauté, on apprécie le Frère Marie-Joseph. Un confrère témoigne : "Il était toujours content. C'est ce qui faisait la beauté de sa physionomie. Tout le monde l'aimait et l'estimait. Il souriait toujours." Il fait ses Vœux Solennels le 24 mai 1900. Mais les études en vue du Sacerdoce auraient pu sembler être une épreuve trop forte pour lui, d'autant plus que son professeur se moquait ouvertement de son incapacité devant les autres moines, allant jusqu'à déclarer : "Vous êtes tout à fait borné ! Inutile pour vous d'étudier, vous n'en saurez pas plus! Vous ordonner Prêtre serait déshonorer le Sacerdoce". En cette occasion ou en d'autres épreuves (scrupules, craintes pour son avenir), le Père André, auquel il obéit aveuglément a le don de l'apaiser par sa seule présence. Il réussit ses examens et il est ordonné Prêtre à l'âge de 24 ans, le 12 octobre 1902. Mais, comme Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, il est atteint de la tuberculose, maladie incurable à l'époque, et il ne lui reste que près de 8 mois à vivre. Au lendemain de son ordination, on l'envoie chez lui, afin qu'il essaie de se refaire une santé. Joie partagée des retrouvailles, mais sa vie n'est pas là et il est tout heureux de revenir au monastère. Les souffrances du moine augmentent. Un moine rapporte : "Couché, il étouffe ; des escarres profondes rendent douloureuse la position assise ; l'enflure des jambes et la faiblesse ne lui permettent pas de rester debout. Il se tient comme il peut dans un fauteuil où toute situation est inconfortable." 

 L'infirmier qui fut chargé de le soigner n'est autre que son professeur de Théologie et le Père Marie-Joseph continue à être son souffre-douleur. Après la mort de Marie-Joseph, ce Père quittera le monastère. Pourtant, un jour, il est ébranlé en voyant le visage du malade baigné de lumière, phénomène qui se reproduisit en présence d'autres témoins, le 111juin 1903, jour de la Fête Dieu. Le jeune Moine-prêtre de 25 ans offre ses souffrances pour le Seigneur et pour l'Eglise. Le 17 juin 1903, il prononce ces paroles en présence du Père André : "Jésus, Marie, Joseph, assistez-moi dans ma dernière agonie". Sur ce, le Père André le quitte un moment pour aller dire la Messe et, à son retour, il le trouve endormi dans le Seigneur. En le Béatifiant à Rome, le 3 octobre 2004, le Serviteur de Dieu Jean Paul II a dit : "Puissent nos contemporains, notamment les contemplatifs et les malades, découvrir à son exemple le Mystère de la prière, qui élève le monde à Dieu et qui donne la force dans les épreuves.

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité