Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Mercredi 12ème semaine du T.O.

Mercredi, 22 Juin 2022

Méditation de Saint JEROME

Lorsque je parcours attentivement le psautier, je ne trouve nulle part que les fils de Corée aient chanté dans la tristesse : leurs psaumes sont toujours vifs et joyeux ; méprisant les humbles soucis de la terre, ils n'aspirent qu'au ciel et à l'éternité.

Ainsi en ce psaume où il est question de cerfs qui désirent les sources des eaux. Comme ces cerfs, nos âmes qui sont sorties d'Egypte et du monde, après avoir tué par leurs actes ce Pharaon qu'est le diable, et fait périr toute son armée dans le baptême, désirent les sources de l'Eglise que sont le Père, le Fils et l'Esprit-Saint.

Ces sources, l'âme du croyant les désire. Les désire, l'âme du baptisé qui s'écrie : "Mon âme a soif de Dieu, la Source vive". Son envie de voir Dieu est loin d'être insignifiante, il a désiré son Dieu de toute son ardeur, de toute sa soif qui le brûlait. Avant de recevoir le baptême, les catéchumènes parlaient ensemble et disaient : "Quand viendrais-je et paraitrais-je devant la face de Dieu ? " Eh bien ! frères très chers, leur vœu a été exaucé : ils sont venus et se sont tenus devant la face de Dieu, ils ont paru à la vue de l'autel et devant le mystère du Seigneur. Ce mystère, seuls méritent de le contempler ceux qui répètent en toute conscience et du fond du cœur cette parole : "J'ai mangé un pain de larmes, jour et nuit". Pendant le tout le Carême, ils se sont consacrés à la prière et au jeûne, ils ont dormi sur le sac et la cendre, et ils cherchaient la vie future dans l'aveu de leurs péchés. Et parce qu'ils ont répandu des larmes, parce qu'ils se sont attristés, il leur est dit : "Ceux qui sèment dans les larmes, moissonnent dans la joie", et : "Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés".

   Parce qu'ils étaient dans le deuil, le diable les insultait et disait : "Où est-il ton Dieu ?" Mais aujourd'hui, on les voit admis au corps du Christ. Renés dans la source de vie, ils s'écrient avec confiance : "J'irai vers la tente admirable, jusqu'à la maison de Dieu ! " La maison de Dieu, c'est l’Eglise ; elle est sa tente admirable. En elle résonnent "les paroles de joie et de louange, rumeur de ceux qui participent à un banquet". Oui, c'est une joie que la foi et le don de la vie éternelle que nos frères ont mérité de recevoir aujourd’hui ; c'est une joie pour les anges dans les cieux, et pour toutes les puissances d'en-haut. Car si les anges se réjouissent et sont dans l'allégresse pour une agnelle malade que le pasteur a ramenée sur ses épaules, combien plus le royaume de Dieu tout entier ne se réjouira-t-il pas pour tant de nos frères renés et purifiés dans les flots de la Vie.

   Dites-moi, vous qui avez aujourd'hui revêtu le Christ et qui marchez sous notre conduite, n'avez-vous pas été soulevés hors de l'océan de ce monde par la Parole de Dieu, comme un petit poisson par l'hameçon ? Chez nous, la nature des choses s'est transformée : en effet, les poissons meurent aussitôt tirés hors de l’eau ; mais nous, c'est pour nous faire revivre alors que nous étions morts, que les Apôtres nous ont tiré hors de la mer de ce monde et nous ont pêchés. Tant que nous étions dans le monde, nos regards demeuraient dans les bas-fonds, et nous passions notre vie, enfoncés dans la vase. Mais lorsque nous avons été arrachés aux flots, nous avons commencé à voir le soleil, nous avons commencé à regarder la vraie Lumière. Eperdus de joie, nous avons dit à notre âme : "Espère en Dieu, je le louerai encore, le salut de ma face et mon Dieu ! "

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité