Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Naissance de Saint Jean-Baptiste

Jeudi, 23 Juin 2022

Sermon du Bx GUERRIC D'IGNY

Grâce vraiment incomparable, puissance inestimable de la force de Dieu ! Quand la voix de Marie résonne aux oreilles d'Élisabeth, elle va droit au cœur de Jean, encore caché dans le ventre de sa mère, elle éveille son esprit, l'anime de la joie du salut. Cet enfant avait son âme à peine formée par la puissance de la nature, et déjà la puissance de la voix de Marie le remplit surabondamment de l'esprit de prophétie, au point que l'on voit la mère déborder de la plénitude de son fils. Vraiment Marie est pleine de grâces ! Manifestement le Dieu de toute grâce était en elle : dans sa libéralité, des flots de grâce coulaient avec abondance et munificence, d'abord sur sa mère, puis de sa mère sur Jean, et de Jean sur ses parents. Des fleuves d'eau vive coulaient ainsi du "sein de Marie ", et une source de vie et de grâce coulait du milieu du Paradis pour en irriguer tous les arbres.

Tout près de cette source se dressait un noble cèdre, je parle de Jean, cousin et ami de l'Époux, précurseur, baptiste et martyr du Seigneur. C'est assurément pourquoi, arrosé avec abondance, il devint si grand qu'on n'en pouvait trouver de plus haut parmi les enfants des femmes. Certes, c'est à bon droit que la naissance de cet enfant fut pour beaucoup une cause de joie : elle le reste aujourd'hui. Donné à ses parents dans leur vieillesse, il venait prêcher à un monde vieillissant, la grâce d'une nouvelle naissance. C'est à bon droit que l'Église fête solennellement cette nativité, fruit merveilleux de la grâce, dont s'émerveille la nature.

Quant à moi, cette lampe destinée à éclairer le monde m'apporte par sa naissance une joie nouvelle, car c'est grâce à elle que j'ai reconnu la vraie Lumière qui "luit dans les ténèbres", mais que "les ténèbres n'ont pas reçue". Oui, la naissance de cet enfant m'apporte une joie indicible, puisqu'il est pour le monde source de si grands biens, lui qui, le premier, catéchise l'Église, l'initie par la pénitence, la prépare par le baptême, et quand il l'a ainsi préparée, la remet au Christ et l'unit à lui. Il lui apprend à vivre dans la tempérance et, par l'exemple de sa propre mort, lui donne la force de mourir avec courage. Par tout cela, il prépare au Seigneur un peuple parfait.

Ô frères, dont le propos – et plaise à Dieu que ce soit aussi votre désir – est de se hâter vers la perfection, qu'il arriverait vite à ce but celui qui se façonnerait une âme docile à ce maître dont les débuts dans la justice dépassèrent les limites de la perfection humaine, dont les premiers fruits furent au-dessus de la maturité des vieillards ! T'admirer, nous le pouvons, ô le plus grand de tous les saints ; mais imiter ta sainteté, cela nous est impossible. Puisque tu te hâtes de préparer un peuple parfait pour le Seigneur avec des publicains et des pécheurs, il est de toute urgence que tu leur parles d'une façon plus à leur portée que par ta vie. Propose-leur un modèle de perfection qui soit non pas selon ta manière de vivre, mais adapté à la faiblesse des forces humaines. "Faites, dit-il, de dignes fruits de pénitence".

Mais nous, frères, nous nous glorifions de parler mieux que nous vivons. Jean lui, dont la vie est plus sublime que ce que les hommes peuvent comprendre, met cependant son langage à la portée de leur intelligence : "Faites, dit-il, de dignes fruits de pénitence !". "Je vous parle de manière humaine, en raison de la faiblesse de la chair". Si vous ne pouvez encore faire le bien en plénitude, que se trouve au moins en vous un vrai repentir de ce qui est mal. Si vous ne pouvez encore faire les fruits d'une parfaite justice, que pour le moment votre perfection consiste à faire de dignes fruits de pénitence".

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité