Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Lundi 13ème semaine du T.O.

Lundi, 27 Juin 2022

La doctrine spirituelle de l’Evangile de BERNARD-MARIE CHEVIGNARD

Être pauvre selon le Christ, c'est avoir trouvé et placé son trésor dans l'amour de Dieu pour nous. Là est notre vraie richesse, proprement infinie. Si nous l'avons découverte, notre cœur est par là rectifié vis-à-vis des biens de la terre, détaché. De plus, c'est avoir compris que notre force était d'être dans les mains de Dieu et, par-là, de nous appuyer réellement sur lui et d'attendre tout de lui : pain quotidien, grâce quotidienne, pardon quotidien. Tel est le pauvre selon le Christ.

Il faut aller plus loin cependant. Avec un réalisme dont nous ne nous pénétrerons jamais assez, le Christ lie la pauvreté à la charité fraternelle. S'il demande à son disciple d'être pauvre, c'est qu'il y a des pauvres à aimer et à secourir. Aimer la pauvreté, c'est en fait aimer les pauvres. Pesons gravement et avec réalisme cette pensée : je ne suis un disciple du Christ que si, en toute vérité, j'ai un ami, j'ai des amis parmi les pauvres.

Le pauvre est un véritable mystère. Pour le pénétrer, la sympathie naturelle ne suffit pas. Il faut que nous soyons imprégnés de l'Esprit du Christ. Le sens du Christ et le sens intime du pauvre sont liés. Le Psaume le disait déjà : "Heureux qui a l'intelligence du pauvre." C'est une béatitude que d'avoir cette intelligence. Celui qui l'a reçue n'est pas loin du Royaume de Dieu.

Dans l'Ancien Testament, les pauvres désignaient cette catégorie sociale qui n'avait la considération ni de la naissance, ni de l'argent, ni du pouvoir, ni de l'instruction. Par là même, ils étaient plus ou moins méprisés, tenus pour rien, souvent même en proie à l'injustice de maîtres durs ou de créanciers rapaces. Comme on en abuse vite de ceux qui n'ont rien pour se faire respecter ! Vers qui pourront-ils crier justice ? Or nous voyons, dans l'Écriture, cette affirmation maintes fois répétée : c'est Dieu qui prendra leur défense. Ils sont ses clients attitrés ; ils sont ses amis. Et lui, il est leur refuge, leur justice, leur soutien. C'est une des fibres les plus constantes et les plus profondes des Prophètes et des Psaumes.

Quand le Christ vient, c'est à eux qu'il s'adresse d'abord. Ses béatitudes si étonnantes les visent en premier lieu. Les pauvres, les doux, les affligés recouvrent, avec des nuances, la même catégorie sociale. Notre Seigneur emploie aussi un autre mot singulièrement éclairant pour les désigner. Il les appelle les petits, ceux qui ne peuvent pas beaucoup se défendre dans la société. Et ce sont ses frères, ses siens frères. Faisons très attention. Dieu s'est lié à eux. 

Car c'est cela qui est saisissant. Dieu, le Christ, nous visite par eux. Dans une page majeure de l'Évangile, le Christ nous avertit solennellement qu'il s'identifie à eux. C'est même sur cela, sur l'attitude qu'on aura eue envers eux et, par là même, envers lui, que le monde (toutes les nations) sera jugé. Là encore, pesons ces mots. Le jugement dernier, sans appel, du monde, se fera d'après l'attitude qu'il aura prise envers les pauvres, c'est-à--dire envers le Christ qui s'est identifié à eux. Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger..., car chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces miens frères, à l'un de ces petits, c'est à moi que vous l'avez fait (Mt. 25,35-40). Le pauvre, le petit, est ainsi consacré le sacrement du Christ. 

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité