Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Saint Pierre Saint Paul

Mercredi, 29 Juin 2022

Sermon de Saint AUGUSTIN

Ce jour resplendit de lumière, en raison de la naissance des bienheureux Apôtres Pierre et Paul. Une naissance qui ne les introduisit pas dans ce monde, mais qui les délivra du monde.

Par suite de la misère humaine, l'homme naît pour être malheureux ; mais par l'amour qu'ils ont eu pour le Christ, les martyrs naissent pour être couronnés. Et ce jour, fait de leurs mérites, nous convie à célébrer leur fête et à imiter leur sainteté. Nous souvenant de la gloire des martyrs, aimons en eux ce que haïrent ceux qui les mirent à mort, et en aimant leur vertu, honorons leur souffrance. À la vertu est associé le mérite, à la souffrance revient la récompense.

Un seul jour est consacré aux deux martyrs et aux deux Apôtres. Nous saisissons d'autant mieux cet enseignement de l'Église, qu'ils n'ont pas souffert le même jour et que leur passion n'a pas eu lieu le même jour. En ce jour, c'est d'abord Pierre qui a souffert, en ce jour Paul a souffert ensuite. Le mérite les a mis à égalité dans la souffrance ; leur amour se donne rendez-vous en ce jour. Quelqu'un a agi en eux, celui qui habitait en eux, celui qui souffrait en eux, qui les aidait quand ils combattaient, qui les couronnait vainqueurs. Écoutons dans l'Évangile ce qu'a mérité Pierre ; écoutons dans les lettres apostoliques ce qu'a mérité Paul.

À l'instant, on nous a lu l'Évangile ; à l'instant nous avons entendu : "Le Seigneur dit à Pierre : Simon Pierre, m'aimes-tu ?". Et lui de répondre : "Je t'aime, Seigneur". Et le Seigneur reprit : Pais mes brebis". S'il l'interroge une troisième fois, ce n'est pas pour un autre motif que celui pour lequel il l'a interrogé par deux fois. Il veut apprendre quelque chose, lui qui interroge sur ce qu'il connaît. Sur quoi donc veut-il enseigner Pierre, le Seigneur qui lui demande une troisième fois ce qu'il sait ? Qu'en penser, frères, si ce n'est que la charité relève le faible, et pour que Pierre sache qu'il fallait déclarer trois fois son amour à celui qu'il avait renié trois fois sous l'emprise de la crainte.

Ce que mérita Pierre, ce fut de paître les brebis de Dieu.

Écoutons ce que mérita Paul, de son côté : "Le temps de mon départ est venu". Qu'as-tu fait ? Qu'espères-tu ? "J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé ma course, j'ai gardé la foi". Pourquoi a-t-il gardé la foi, sinon parce qu'il n'a pas été terrifié par ceux qui le persécutaient. C'est l'acquittement d'une dette qu'exige Paul, c'est comme s'il réclamait en raison de son mérite. Et quel mérite ? "J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé ma course, j'ai gardé la foi". Voilà ce que tu as fait. Qu'espères-tu ? "Désormais m'est réservée la couronne de justice qu'en ce jour, le Seigneur, le juste juge, me donnera en retour". Il ne dit pas "donnera", mais "donnera en retour". Si le Seigneur lui donnera en retour, c'est qu'il lui devait. Avait-il reçu en prêt pour qu'il lui doive ? Il lui devait une couronne, il lui donne en retour une couronne. Non pas que Dieu soit notre débiteur en raison d'un prêt, mais il l'est en raison de sa promesse.

Car lorsque Dieu couronnait les mérites de Paul, il ne couronnait rien d'autre que ses propres dons. Voilà pourquoi, frères très chers, si Dieu se fait notre débiteur, c'est en raison de ses promesses.

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité