Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Mardi 14ème semaine du T.O.

Mardi, 5 Juillet 2022

Homélie de Saint GRÉGOIRE DE NYSSE

L'enseignement des Proverbes s'adresse à celui qui est encore un enfant, il adapte ses conseils à cet âge : "Écoute, ô mon fils, l'enseignement de ton père, et ne rejette pas les conseils de ta mère". Ainsi commence-t-il à lui proposer une image variée et diverse de la Sagesse, lui révélant le charme de l'indicible beauté. Ainsi, l'enfant se hissera vers le bien, non par crainte ou nécessité, mais par envie ou désir. En effet, la révélation de la beauté enflamme le désir chez les jeunes qui vont convoiter l'objet présenté et désirer plus ardemment participer à sa grâce.

Ensuite le livre sacré commence à conduire le jeune homme vers l'habitation de Dieu, le pressant d'orienter son regard vers la divine chambre nuptiale. Il lui dit, en effet, à propos de la Sagesse : "Ne l'abandonne pas et elle te protègera, aime-la et elle te gardera, étreins-la et elle t'exaltera ; honore-la pour qu'elle t'embrasse, te mette sur la tête une couronne de grâces et te protège d'un diadème de délices". Et maintenant qu'il l'a paré de couronnes nuptiales, comme un fiancé, il l'invite à ne pas se séparer de la Sagesse : "Quand tu marcheras, prends-la et qu'elle soit avec toi. Quand tu dormiras, qu'elle te garde pour que tu la trouves à ton réveil".

Ces paroles et d'autres semblables ont embrasé le désir de celui qui est encore un jeune homme selon l'homme intérieur ; elles lui ont dépeint la Sagesse parlant d'elle-même. Pour attiser encore plus le désir de l'aimer chez ceux qui les écoutent, voici encore, entre autres choses, ces paroles mises dans la bouche de la Sagesse : "J'aime ceux qui m'aiment". L'espoir d'être aimé en retour n'anime-t-il pas l'amant d'un désir encore plus ardent ? Introduisant le reste de ses conseils dans les affirmations, insinuations, sentences que contient le livre, celle-ci fait progresser le jeune homme vers un état de grande perfection. Puis, à la fin de cet écrit, faisant l'éloge de la femme forte, il déclare bienheureuse cette union avec la Sagesse.

C'est alors que s'ajoute à cet enseignement la philosophie contenue dans l'Ecclésiaste qui, faisant suite à la leçon des Proverbes, lui fait maintenant désirer les vertus. Ce livre détourne la conduite des hommes des apparences visibles et déclare vain tout ce qui est instable et changeant, par ces mots : "Tout ce qui passe est vanité". Il place le mouvement naturel de l'âme au-dessus de ce qui est saisi par les sens, et l'entraîne vers la beauté invisible.

Le cœur ainsi purifié d'une attache au sensible, l'esprit peut être alors initié au-dedans par le Cantique des cantiques aux secrets divins. Ce qui y est décrit est les préparatifs d'une noce, mais ce qu'il y faut comprendre, c'est l'union de l'âme humaine avec Dieu. Celui que le livre des Proverbes appelle "fils" est là présent l'Époux et la Sagesse lui tient lieu d'Épouse, pour que l'homme soit uni à Dieu comme une chaste vierge et adhérant à Dieu, devenir "un seul esprit avec lui", et par son union avec le très pur et l'impassible, devenir intelligence pure au lieu de chair pesante.

Lors donc que la Sagesse te le dit : "Aime autant que tu le peux, de tout ton cœur, de toutes tes forces, désire saisir Dieu autant que tu le peux". Fort de ces paroles, j'ajouterai avec audace : "Aime-le à la folie, comme un amant !". Irrépréhensible et impassible est en effet, cette passion pour les êtres spirituels, comme la Sagesse nous le conseille dans les Proverbes, nous prescrivant l'amour de la beauté divine.

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité