Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Bx Eugène III

Vendredi, 8 Juillet 2022

Lettre de Saint Bernard

Tu avais choisi d’être compté pour rien dans la maison de ton Dieu, et d’occuper à son festin la dernière place. Mais il a plu à celui qui t’avait invité de te dire : "Mon ami, monte plus haut". Alors tu es monté à la place d’honneur. Mais tu ne dois pas y prendre goût, éprouves-en de la crainte, de peur qu’il ne t’arrive de devoir proférer, plus tard, cette parole pitoyable : "Sous le coup de ta colère et de ton indignation, Seigneur, en m’élevant tu m’as brisé". Elle est certes plus haute, la place qui t’est échue, mais elle n’est pas plus sûre. Elle est plus glorieuse, mais plus redoutable. C’est une place terrible, oui, vraiment terrible ! Je te le dis, la place où tu te trouves, c’est la terre sainte, c’est la place même de Pierre, la place du Prince des Apôtres, celle où se posèrent ses pieds. C’est la place de Celui que le Seigneur a établi sur sa maison, dont il a fait le chef de tous ses biens. S’il t’arrivait de t’écarter des pas de ton Maître, sache bien qu’il est enseveli à cet endroit même, afin de pouvoir témoigner contre toi.

Ce fut grande sagesse de confier l’Église à un tel nourricier, à un tel pasteur, alors qu’elle était encore jeune, encore au berceau, afin qu’instruite par ses leçons et formée par son exemple, elle apprît à fouler aux pieds les biens de la terre. Celui-là, en effet, avait tenu ses mains éloignées de tout profit ; il pouvait déclarer dans la pureté de son cœur et de sa bonne conscience : "Pour ce qui est de l’or et de l’argent, je n’en ai pas".

Qui me donnera la joie de voir, avant ma mort, l’Église de Dieu telle qu’elle était jadis : quand les Apôtres tendaient leurs filets, non pour pêcher de l’or ou de l’argent, mais pour pêcher des âmes. Quel désir est le mien de te voir héritier de la voix de Celui dont tu occupes le siège ! de celui qui disait : "Périsse ton argent et toi avec !". Ô voix de tonnerre ! Ô voix pleine de magnificence et de force, par l’effroi de laquelle seraient déconcertés et dispersés tous ceux qui haïssent Sion. Voilà ce que ta mère attend passionnément ; voilà ce qu’elle réclame de toi par-dessus tout ; voilà ce que désirent les fils de ta mère, petits et grands ; voilà ce qui les fait soupirer. Ils désirent te voir arracher de tes mains toute plante que notre Père céleste n’a point plantée. Car c’est bien pour cela que tu as été établi sur les nations et les royaumes : c’est pour que tu arraches et que tu détruises, c’est pour que tu édifies et que tu plantes. Beaucoup, à la nouvelle de ton élection, se dirent en eux-mêmes : "Voilà enfin la cognée à la racine de l’arbre". Beaucoup se dirent au fond de leur cœur : "Les fleurs viennent d’éclore sur notre sol ; voilà qu’est arrivée la saison de la taille, celle où l’on doit couper les rameaux stériles, afin que les pousses fécondes puissent produire un meilleur fruit". Courage donc, sois fort ! Que ton bras soit pesant pour tes ennemis ! Revendique pour toi avec force d’esprit et fermeté d’âme, la part que le Père tout puissant t’a réservée entre tes frères.

Dans toutes tes actions pourtant, ne perds jamais de vue que tu es homme ; ne cesse jamais de craindre Celui par qui les grands rendent le souffle. Combien de pontifes romains as-tu vu de tes yeux mourir en peu de temps ? Que tes prédécesseurs eux-mêmes t’en avertissent : la fin de ta charge est sûre, elle est proche. Que la faible durée de leur pontificat t’annonce la brièveté de tes propres jours ! Que ce soit donc pour toi une méditation toujours nouvelle de songer à ta fin parmi les agréments de cette gloire d’un jour : car, c’est l’évidence même, tu suivras dans la tombe ceux que tu as suivis sur le trône.

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité