Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Mardi 21ème semaine du T.O.

Mardi, 23 Août 2022

Deuxième catéchèse mystagogique de CYRILLE DE JERUSALEM

Aussitôt entrés à l'intérieur du baptistère, vous avez dépouillé votre tunique, et ce geste était l'image du dépouillement du vieil homme avec ses actions. Dépouillés, vous étiez nus, imitant ainsi le Christ qui était nu sur la croix et qui, par sa nudité, a dépouillé les principautés et les puissances, et, avec pleine assurance, les a traînées sur le bois dans son cortège triomphal. Et puisqu'en vos membres faisaient leur repaire les puissances adverses, il ne vous est plus permis de porter la vieille tunique en question ; je ne parle pas de ce vêtement visible, mais du vieil homme qui se corrompt dans les convoitises trompeuses. Puisse-t-elle ne pas le revêtir à nouveau, l'âme qui l'a une fois dépouillé ! Qu'elle dise plutôt avec l'Épouse du Cantique : "J'ai dépouillé ma tunique, comment la remettrais-je ? " O merveille ! Vous étiez nus à la vue de tous, et vous n'en rougissiez pas ! Vous portiez vraiment la ressemblance d'Adam, le premier homme, qui dans le paradis, était nu et n'en rougissait pas.
Ensuite, ainsi dévêtus, vous avez été oints d'huile exorcisée, depuis les cheveux du haut de la tête jusqu'au bas du corps, et vous êtes devenus participants de l'olivier franc, Jésus-Christ. Détachés de l'olivier sauvage, vous avez été greffés sur l'olivier franc, et vous êtes devenus participants de la sève du véritable olivier. L'huile exorcisée symbolisait donc la participation à la sève du Christ, elle met en fuite toute trace de la puissance adverse. Car de même que le souffle des saints et l'invocation du nom de Dieu, comme une flamme très ardente, brûle et chasse les démons, de même aussi, cette huile exorcisée, par l'invocation de Dieu et la prière, reçoit une telle force que non seulement elle purifie en les brûlant les traces de nos péchés, mais qu'elle met encore en fuite toutes les puissances invisibles du Malin.
Après cela, vous avez été conduits par la main à la sainte piscine du divin baptême, comme le Christ a été conduit de sa croix au tombeau qui est devant vous. Et l'on a demandé à chacun s'il croyait au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Et vous avez confessé la confession qui donne le salut, et vous avez été immergés trois fois dans l'eau, et vous en avez émergé, signifiant ainsi symboliquement la sépulture de trois jours du Christ. De même, en effet, que notre Sauveur passa trois jours et trois nuits au cœur de la terre, de même vous aussi, en la première émersion vous avez imité le premier jour du Christ dans la terre, et en l'immersion la nuit ; car, comme celui qui est dans la nuit ne voit plus et qu'au contraire celui qui est dans le jour vit dans la lumière, ainsi dans l'immersion vous ne voyez rien, comme dans la nuit, mais dans l'émersion vous vous retrouviez comme dans le jour. Et dans le même acte, vous mouriez et vous naissiez : cette eau salutaire devenait à la fois votre tombe et votre mère. Et ce que dit Salomon à propos d'autre chose peut sans doute s'appliquer à vous : "Il y a, disait-il, un temps pour mettre au monde et un temps pour mourir". Mais pour vous, ce fut l'inverse : il y eut un temps pour mourir et un temps pour naître. Un seul et même temps a produit ces deux événements, et votre mort a coïncidé avec votre naissance.
Chose étrange et paradoxale ! Nous ne sommes pas vraiment morts, nous n'avons pas été vraiment ensevelis, nous n'avons pas été vraiment crucifiés et ressuscités ; mais c'est en image que s'est faite l'imitation, tandis que c'est en réalité que s'est fait le salut. Le Christ a été réellement crucifié, réellement enseveli, il est réellement ressuscité, et il nous a donné tout cela par grâce, afin que, participant à ses souffrances en les imitant, nous gagnions en vérité le salut. O excès d'amour pour les hommes ! Le Christ a reçu les clous dans ses mains pures et il a souffert, et à moi, sans souffrance et sans peine, il accorde par cette participation, la grâce du salut !

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité