Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Passion de Saint Jean-Baptiste

Lundi, 29 Août 2022

L’homme moderne et la vie spirituelle de Max THURIAN

Se tenir là et l'entendre être ravi de joie à la voix de l'Epoux. Cette présence à Dieu ne peut pas être vide. Malgré l'agitation et le bruit du monde, il faut entendre la voix du Christ, pour en être ravi de joie. Ce ne sera pas un long discours, difficile à suivre, une méditation ardue, une oraison prolongée . . . Nous avons besoin en notre temps de moyens simples pour entendre la voix de Dieu, en des paroles essentielles, aux moments souvent brefs où nous pouvons être consciemment présents à lui.
Dans une brève lecture matinale de l'Evangile, nous aurons accroché au passage un verset essentiel, nous l'aurons répété, appris par cœur, et durant tout le jour il pourra nous revenir à la mémoire, pour nourrir notre vie du pain de Dieu, substantiel. Cette pratique du « capitule » est essentielle à notre vie intérieure quotidienne. Ce verset d'Evangile remplira de la voix du Christ les moments de notre présence à Dieu, pris au vol au cours de la journée, au hasard d'un instant de silence, d'une échappée loin du monde ambiant, d'une courte halte dans une église . . .
Il y a aussi de ces prières simples, versets de psaumes ou invocations, dont la répétition fait retentir la voix du Christ pour notre joie. On peut les redire dans son travail, dans la rue... comme une prière incessante qui purifie l'esprit et le cœur et les attache au Christ d'une amitié profonde et solide. Quand le cœur est plein d'un grand amour, n'aime-t-il pas à redire le nom de l'être aimé. L'ami du Christ trouve sa joie à redire souvent et de manière prolongée l'invocation du nom de Jésus : « Seigneur Jésus, pitié pour moi ! » « Jésus, ma joie ! » « Seigneur, tu vis en moi ! » « Loué soit le Seigneur ; je suis délivré de l'ennemi ! »
Au rythme d'une marche pour aller rejoindre son travail, dans sa voiture, dans l'autobus, on pourra répéter incessamment telle de ces invocations, pour faire taire l'agitation, imposer le silence à son cœur, se plonger dans la paix de Dieu. Les spirituels orientaux ont pratiqué dès longtemps cette « prière de Jésus » : elle est le sommet de la contemplation, elle est aussi toute simple et adaptée à notre vie moderne.
Pourquoi même ne pas porter sur soi un petit psautier personnel, constitué par un choix de quelques plus beaux psaumes de la Bible, qu'on peut redire à certains moments libres, en union spirituelle avec les moines priant les offices du jour ? La prière des psaumes est unique, puisqu'elle nous fait en même temps écouter la Parole inspirée de Dieu et participer à la prière du Christ et de toute l'Eglise à travers tous les temps.
« Voilà ma joie; elle est maintenant plénitude; il faut que Lui grandisse et que moi, je décroisse. » Elle est nôtre aussi, dans la prière, cette parole de Jean-Baptiste. Se tenir là simplement, pour entendre la voix du Christ, comme son ami le plus cher, est source de la plus pure joie : la joie en plénitude, celle qui répand la paix en nos cœurs. Mais cette joie est celle aussi de l'humilité : « Nul ne peut rien s'attribuer qui ne lui soit donné du ciel. » La joie de la prière simple conduit à l'humilité : il faut que le Christ grandisse et que moi je décroisse. S'attacher ainsi au Christ, d'une amitié profonde, par une présence à Dieu et une prière toute simple et fréquente, c'est peu à peu s'identifier à lui dans la joie et la paix, le laisser vivre en plénitude au profond du cœur, et disparaître, et décroître soi-même pour lui laisser toute la place. L'égoïsme et l'orgueil sont peu à peu rongés par la puissance de la prière simple qui fait rayonner le Christ dans toute la vie qu'il remplit.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité